Demain chez moi

Le yoga facile pour retrouver la bonne humeur !

27.01.2022
Dans notre monde frénétique, stressant et anxiogène, il est naturel d’observer de nombreux troubles psychologiques allant de l’apathie à la dépression en passant par la peur. Le yoga est un procédé psychophysiologique qui agit sur le corps et la psyché visant à se libérer de la souffrance. Plusieurs travaux scientifiques ont démontré ses nombreux bienfaits sur la santé et le bien-être s’il est correctement et régulièrement pratiqué.

A la recherche de l’unité intérieure

L’accélération permanente de notre quotidien et la prévalence donnée aux aspects matériels de notre existence nous coupent de notre essence et nous divisent. Henri Bergson avait pressenti que plus nous vivons dans un environnement marqué par le poids de la matière et plus il nous faut un « supplément d’âme ». L’expérience vécue et les recherches en psychologie montrent que ce sont les valeurs intrinsèques comme la paix intérieure, l’harmonie, l’amour, le contentement, la cohérence ou l’unité intérieure auxquelles nous invite le yoga qui apportent le plus de satisfaction. A l’aide de toute une palette d’outils (principes éthiques, postures, contrôle du souffle, méditation…) le yoga agit sur toutes les sphères de l’individu: physique, mentale, émotionnelle. Il insuffle énergie, liberté et sérénité.

Stabiliser le mental et lâcher prise

Plus rapides que la lumière, les pensées nous envahissent. A chaque respiration nous avons une pensée soit environ 65 000 par jour. Et plus nous respirons vite, plus nous pensons ! les pensées que nous ressassons créent des émotions qui nous submergent et nous rendent malheureux. L’un des premiers objectifs recherché dans la pratique du yoga consiste à faire taire ce vacarme intérieur. Dans chaque posture le yogi cherche la stabilité du corps et du mental. Celle-ci permet de se placer en témoin intérieur silencieux et bienveillant, de prendre du recul.  Le yoga mène à l’observation de ce qui se passe en Soi, sans jugement.  C’est en accueillant que l’on peut transmuter une émotion.
S’arrêter ; prendre le temps de respirer à pleins poumons ; rester immobile et silencieux est contre culturel dans notre monde agité et dispersé. Et pourtant ne devrions-nous pas commencer par là chaque matin ?

Pacifier le souffle pour apaiser le mental

Le processus respiratoire est directement lié au cerveau et au système nerveux central. Il influe sur la structure des ondes cérébrales. Pour le constater il suffit de réaliser qu’à chaque émotion correspond une respiration (calme, saccadée, forte, bloquée…). Ralentir le souffle permet de mettre un peu d’espace entre 2 pensées, d’activer le système nerveux parasympathique (celui qui calme) et de ralentir tous les métabolismes du corps. L’expiration stimule le nerf vague ce qui a pour effet de calmer le cœur, de ralentir le pouls, d’amplifier les mouvements péristaltiques de l’intestin, de favoriser l’oxygénation cellulaire. La concentration sur le souffle a pour effet une stabilité mentale, une paix intérieure, une harmonisation physiologique, un état de conscience plus unifié. Le simple fait de placer son attention sur la respiration est apaisant. Plusieurs études montrent que lorsque des patients s’entrainent à cette culture de l’attention, on observe une diminution considérable des symptômes, quelle que soit la pathologie.

Détoxifier le corps et l’esprit

Le travail postural et respiratoire que propose le yoga va permettre de purifier le corps et le mental. Commencer par se débarrasser des déchets est essentiel. Les acides urique, lactique, pollutions affectives, mentales qui obstruent les canaux énergétiques et entraînent un manque d’énergie.
Quand le corps est purifié et que les constitutions chimiques sont en proportion équilibrées, les fonctions cérébrales se trouvent modifiées ainsi que les réactions émotionnelles aux stimuli extérieurs.
Avec les postures, le yogi va successivement étirer, contracter et détendre toutes les parties du corps tout en respirant en conscience. Les étirements vont purifier et régénérer, les contractions vont tonifier, la respiration va masser. Puis chaque famille de postures (flexions, équilibres, cambrures…) va avoir divers effets (intérioriser et calmer, développer la concentration et la perception, extérioriser et vitaliser, développer la confiance en soi…) sur le corps, le système nerveux et la psyché. Par exemple, les cambrures libèrent des hormones de la vitalité en activant les surrénales et favorisent l’action et l’expression. Une posture inversée comme la chandelle, reine des postures, calme le mental et aide à lutter contre la neurasthénie, la dépression, l’insomnie, l’anxiété, la tension... Plus l’on pratique régulièrement et plus l’on tient la posture longtemps plus les effets sont importants.

Elever sa vibration

Des études réalisées ont mis en évidence que la méditation active certaines régions du cortex frontal gauche signalant une augmentation des émotions positives et une gestion plus efficace de l’anxiété. La méditation fait partie intégrante du yoga qui cherche à élever notre niveau de conscience. Le yoga apprend à s’ancrer dans l’instant présent, à se reconnecter à Soi, à être en communion avec notre environnement, à cultiver la gratitude, à vibrer dans la joie... Contempler en pleine conscience un beau paysage est déjà une forme de yoga sinon il y a aussi le yoga du rire dont la création en 1995 repose sur le fait que le corps ne fait pas la différence entre un rire spontané et un rire simulé, les bienfaits sont les mêmes.