Demain chez moi

Panneaux solaires photovoltaïques : un investissement écologique et économique !

29.07.2021
Préoccupation environnementale grandissante oblige, les pouvoirs publics souhaitent voir la production d’énergie photovoltaïque se développer. Mais à l’échelle d’un particulier, cette démarche est-elle intéressante ?

Les panneaux solaires, c’est pour moi ?

Produire sa propre électricité, c’est tentant, surtout si l’on habite dans une région fortement ensoleillée. Mais pour installer des panneaux solaires sur son toit, il n’est pas obligatoire d’habiter dans le sud de la France. L’idéal est d’avoir une pente de toit orientée vers le sud, d’une inclinaison de 30° et qui n’est masquée par aucun obstacle venant faire de l’ombre (arbre, immeuble voisin…).

Comment ça marche ?

On peut distinguer trois grands types de panneaux solaires : les panneaux solaires thermiques qui produisent de la chaleur à partir du rayonnement solaire, les panneaux solaires photovoltaïques qui convertissent une partie de ce rayonnement en électricité et les panneaux hybrides qui combinent les deux technologies et produisent à la fois électricité et chaleur. Dans les trois cas, les panneaux sont habituellement plats, d’une surface approchant 1 m2.
Les panneaux solaires photovoltaïques regroupent des cellules photovoltaïques reliées entre elles. Ils sont eux-mêmes reliés par un ou plusieurs onduleurs et raccordés au réseau électrique. Ils peuvent s’installer sur des supports fixes au sol ou sur les toits, intégrés à une toiture en pente ou posés sur une toiture-terrasse. Comptez deux ou trois panneaux pour une maison classique et deux panneaux supplémentaires pour alimenter un moteur de piscine.
Pour être sûr de la qualité de l’installation et pouvoir bénéficier de certaines incitations fiscales (TVA réduite, MaPrimeRénov…) qui s’y rapportent, il est recommandé de sélectionner très soigneusement votre installateur et de traiter avec des entreprises certifiées RGE QualiPV ou QualiEnR (https://www.qualit-enr.org/). Mais c’est surtout autour de vous, dans votre région et auprès de vos connaissances qu’il convient de vous renseigner sur les installateurs locaux les plus fiables.

Et côté finances ?

Produire de l’énergie électrique sur son toit, c’est parfaitement possible. Mais pour en faire quoi ? Une première option, qui implique d’être raccordé au réseau ERDF, consiste à revendre à EDF la totalité de votre production en continuant à acheter par ailleurs l’électricité dont vous avez besoin. C’est la solution à ce jour la plus rentable car vous revendez votre énergie plus cher que vous ne l’achetez.
Vous pouvez aussi consommer l’électricité que vous produisez et revendre le surplus à EDF, tout en achetant ce dont vous avez besoin au moment où vous n’en produisez pas suffisamment, comme la nuit ou l’hiver ; une formule financièrement moins intéressante.
La rentabilité d’une opération dépend dans tous les cas de ses coûts d’installation – qui varient selon qu’elle est intégrée au bâti ou non, raccordée au réseau ou non, photovoltaïque pure ou hybride – de fonctionnement et de la production d’énergie attendue. Le coût de l’installation doit être mis en regard d’une durée de vie d’une vingtaine d’années.